م ن ت د ى ال ع ش ر ة

أشرقت بحضوركم الأنوار وعمت الفرحة ارجاء الدار، داركم لانها بكم تكون الدار

منتدى العشرة يتمنى لكم مقاما طيبا
م ن ت د ى ال ع ش ر ة

جمعية مغربية سوسيوثقافية 22 غشت 2007


Le Banni Et L'obélisque

شاطر

جمال خيري jamal khairi
شاعر

الجنس : ذكر
عدد الرسائل : 64
العمر : 55
المكان : paris
الهوايات : http://mountadaal3acharah.4rumer.com
تاريخ التسجيل : 22/01/2009

بطاقة الشخصية
مدونة:

Le Banni Et L'obélisque

مُساهمة من طرف جمال خيري jamal khairi في الجمعة 11 ديسمبر - 1:34

Mes bras sont tel un trottoir gelant
et le coeur
est tellement desséché
que la rouille des pas l'écrase

Alors
laisse-moi rivaliser avec mon ombre
jusqu'aux ténèbres
les plus profondes de la mort

Laisse-moi
dépouiller mon cuir chevelu
ainsi que ma mémoire
mon mirage
et mon écho

Laisse-moi
assiéger le restant de noblesse
dans mon pouls
et décomposer mes tissus
en leurs poussières divines

Ou serre-moi contre ton sein gauche
là où la mort est enivrement
là où les ténèbres sont douces
comme les plumes de gangas


[Comment nous sommes venus l'un à l'autre / Peu importe / Mais comment nous sommes-nous noyés l'un dans la plaie de l'autre / Et avons-bu des miroirs de la mort notre ombre assassinée / Pour pouvoir vivre notre mort inévitable / Sans mourir / Ou pour mourir sans laisser de larmes dans nos yeux / Qui vont rester dans les miroirs à évoquer le passé et à rêver d'un monde de colombes et de papillons ? / comment notre fierté nous a-t-elle trahis ? / Et comment avons-nous trahi nos clans et nous sommes-nous fiés à un temps qui n'est pas le nôtre / Sur une terre sans pulsation / Qui pompe son sang blanc de notre veine de pétrole notre veine de blé ou notre veine qui trime sous-payée / Cette terre qui nous donne à choisir entre trahir nos pas ou être trahis par le chemin / O camarade nous ne possédons que notre déception et un brin d'oubli / Alors trouve-nous l'horizon autre part que dans l'horizon / Dans les résidus du verre dans l'odeur des aisselles et dans nos coins souffrant de privations / Trouve-le-nous dans des paroles qui ne ressemblent pas aux paroles / Dans les avalanches de répression qui s'insinuent dans la moelle comme une bactérie / Et creusent dans le coeur et le cerveau leur abri ...¤


Apprends-moi comment me perdre
ou comment humer l'horizon
de tes lèvres ?

Apprends-moi comment fondre en toi
et rayonner
sans identité
et sans souvenir

Apprends-moi
comment m'enivrer de ta grandeur
sans que ma patrie me manque
et sans que je la vois
telle une boucherie

Apprends-moi comment m'endurcir
apprends-moi
comment plier les voiles
et ancrer

Ou serre-moi contre ta taille
en silence
contre ta chaleur rose
contre ton herbe fraîche
comme les grains de la rosée


[Que je te plains / Tu as embarrassé mon désir / est-ce que tous les hommes te ressemblent / Ou est-ce que tous les hommes sont en toi / Comment as-tu pu quand je t'ai proposé mon corps papillonner derrière moi en criant : Voilà mon courrier pour ma patrie captive et mes camarades martyrs / Quand fermeras-tu ta patrie tel un sac poubelle et la jetteras-tu dans une décharge / Pour que nous puissions vivre enfin notre bannissement en paix / Sans la brûlure d'une liaison ou la déchirure d'un lien / Ainsi je te vois te propager en toi-même et couler dans tes caprices / Tu veilles autour de moi pour raconter pleurer et pourchasser ceux qui t'ont banni et les papillons de nuit / Qu'est-ce qui t'a pris / Tu as éveillé en moi la nostalgie de ce que j'avais oublié / Tu as réveillé dans mon sang le désir du suicide / Ainsi je me vois danser sur une corde qui te masse le cou et m'excite / Appelle-moi de tous ces noms que tu cries jusqu'à l'aube / Pleure comme tu ne l'as jamais fait / enivre-toi de ma grandeur comme tu le désires / Et prends-moi pour que nous puissions oublier ensemble que nous ne sommes que deux étrangers rejetés par leur patrie ...¤


Voilà que j'accroche mon ombre
sur ton silence
et que je rayonne
nu de moi-même
tel un avorton
ou un néant

Séparé de mon nom
et du sein qui a arrosé les gloires
de mon sang

Alors
couvre-moi de toutes tes forces
et cerne-moi
de ton oubli
pour que je puisse oublier

Tu es ma racine
mon mur
et mon port

Je n'ai nul soutien
hormis tes mains
quand elles vaguent sur mon corps


[Suppose que ma plaie soit plus profonde que tes yeux / Suppose qu'elle soit plus large que ce vide qui nous entoure / Plus amère et plus dure que ces rochers qu'ils ont roulés pour emmurer notre horizon / Plus amère et plus dure que toutes les chaînes qui nous ont alourdis le pas / Et toutes les défaites / Toutes les blessures et toutes les plaies / Plus amère et plus dure / Alors comment veux-tu que l'horizon soit dans mes lèvres / Comment veux-tu que je sois ton mur moi qui n'ai pas de racine / Comment veux-tu que je sois ton appui / Et puis pourquoi toute cette comédie / Pourquoi ne pas battre nos haines l'une contre l'autre / Revenir au sein pour le téter malgré ce sevrage hideux / Pendre ceux qui s'en emparent et l'usurpent / Et puis nous crever les yeux et nous égarer sans souci et sans méfait...¤


Je suis fatigué des rêves
et des espérances

Je suis fatigué de ce vertige incessant
de cette mamelle qui me désire
et de ce sein que je désire

Je suis fatigué
de cette nuit qui ne s'achève pas

De ce silence
et de toute parole...†

[Alors
appuie-toi sur mon exil
suce mon pouce
et dors...¤

ياسين كويس
عضو نشيط
عضو نشيط

الجنس : ذكر
عدد الرسائل : 30
العمر : 27
تاريخ التسجيل : 25/06/2009

بطاقة الشخصية
مدونة:

رد: Le Banni Et L'obélisque

مُساهمة من طرف ياسين كويس في الجمعة 18 ديسمبر - 10:20

Je ne sais pas pour quelle raison je me sens morne et un peu renfrogné en lisant ceci. Je sais que c'est triste. Je sais que c'est triste de voir le suc d'un pays bouger vers une patrie qui n'est arrivée qu'aprés une gloire passée de certains gens qui ont crevé dans l'inessentialité. Je sais que c'est triste de voir des gens qui veulent aller devant... Oui aller devant mais avec des têtes vers le derrière et devant eux des puits et puis ils tombent et quand ils tombent ils disent que c'est la trahison des autres que nous éspionions alors que c'est n'est qu'un opprobe de leur part. ils disent qu'ils nous ont chu! un roi déchu et des gens déçus et une déstinée qui roupille. C'est tellement morose. C'est peut-être parce que je ouïe une chanson maussade... Mais tant de chose à dire et la pire c'est ces gens qui ne savent rien ou qui ont peu de savoir. Apprends moi just comment vivre. Merci.

ياسين كويس
عضو نشيط
عضو نشيط

الجنس : ذكر
عدد الرسائل : 30
العمر : 27
تاريخ التسجيل : 25/06/2009

بطاقة الشخصية
مدونة:

رد: Le Banni Et L'obélisque

مُساهمة من طرف ياسين كويس في الجمعة 18 ديسمبر - 14:25

Je suis encore là et aprés avoir lu votre poeme je me suis un peu inspiré et j'ai fait ce poeme dans 3 heures de travail. ( La vérité sur nous) Vous allez le trouver dans la page d'accueil . Je vous prie de le lire.

جمال خيري jamal khairi
شاعر

الجنس : ذكر
عدد الرسائل : 64
العمر : 55
المكان : paris
الهوايات : http://mountadaal3acharah.4rumer.com
تاريخ التسجيل : 22/01/2009

بطاقة الشخصية
مدونة:

رد: Le Banni Et L'obélisque

مُساهمة من طرف جمال خيري jamal khairi في الجمعة 18 ديسمبر - 16:36

انا يا من ينادي مريض بالأرض يا سيد السلام. مريض بما في من حضارة ومن كلام. وأنت وحدك تتعلق بي كي أعلمك بغير التشديد، أو كي أعلمك بالتشديد، سيان. كلنا عابر من هنا إلى هناي..
أنا ميت بين دعاء العود ونداء الناي...
أنا حر الأناي...
ولقد شهرت بمرضي ليلى... لن أرضى...

ياسين كويس
عضو نشيط
عضو نشيط

الجنس : ذكر
عدد الرسائل : 30
العمر : 27
تاريخ التسجيل : 25/06/2009

بطاقة الشخصية
مدونة:

رد: Le Banni Et L'obélisque

مُساهمة من طرف ياسين كويس في السبت 19 ديسمبر - 6:39

و كيف لا ترضى و قد عجز اللسان عن الكلام
و أصبح العقل كالأنوك يدور بين قضبان السجون ...
ينادي من يسمع في الجفون!
و الأمة سارية إلى هلاك ممقوت و الوعيد لا محال موقوت...
لربما كان السكوت عندهم من ذهب
لكن المعرفة عندي يا عزيز لهب. و صدق من قال:
سادات كل أناس من أنفسهم و
سادة المسلمين الأعبد القزم
أغاية الدين أن تحفّوا شواربكم
يا أمة ضحكت من جهلها الأمم.
........ضاع العلم بذهاب الفقراء....

    الوقت/التاريخ الآن هو الثلاثاء 23 أكتوبر - 21:37