ѡ

22 2007


Paris-Trottoirs!


jamal khairi


:
: 64
: 54
: paris
: http://mountadaal3acharah.4rumer.com
: 22/01/2009


:

Paris-Trottoirs!

    jamal khairi 10 - 4:03

Les trottoirs des boulevards et des rues de Paris, les toitures des tunnels de mtro, couvertures des dchets, des gouts, cages ouvertes pigeons mutils, caniveaux des toutous alins, cinq toiles des sans toits et nomades, rle final des hormones dchanes, volupt assige de cactus, nudit abreuve de sperme "capot", des usines clandestines, des ras-le-bol enchans.
Les trottoirs de Paris, des "souloirs" aux enchres, bars tout, bars rien, bars vin, bars bire, parloirs o Paris est trs trs chre, dortoirs du Paris la galre, botes mode, botes jeux, botes chair, des bazars et bas-arts, labyrinthes d'espoirs, anarchies en concert.
Les trottoirs de Paris, des dcharges de klaxons et de pots d'chappement, des poubelles trop mondaines, abattoirs d'oxygne, plantations de virus, de cancer, d'infarctus...
Les trottoirs de Paris, les trottoirs carnaval, le Belleville du cacher, le Barbs du hallal, le treizime asiatique, le Boulogne nationale, St Denis, Ste Afrique, des ghettos, des ddales, les trottoirs d'Amrique, le Disney rgional, le "Plante Hollywood", l'oncle Sam amical, "Mac Donalds, Pizza Hut", le Vietnam sans Vietnam, "K F C, burger, quick", fast food et rclame, l'oncle Sam pacifique qui s'invente son Paname.
Les trottoirs de Paris, le Paris du bizarre, des faades acniques, saouls de tics et de tiques, des impasses rpubliques, des parvis des couloirs, des passages du pass, pots pourris et squares, des vitrines, des miroirs, des souvenirs, des mmoires, des tombeaux des gloires, des dfaites-victoires; le Paris l'histoire...
Les trottoirs de Paris : la Jeanne d'Arc qui allaite du venin et de la haine. L'oblisque qui se sent tour fiel. La mosque ne force aphasique pour la cause rpublique. La Bastille qui s'invente l'opra pour celer le pass amnsique. Le "Latin" St Michel qui se fait oriental pour le tourisme banal. La Dfense qui se pense en avance. Les ponts las, puiss, aveugls par les flashes et les phares bateaux mouches, fatigus des blablas et des aires bouche bouche. Le soldat inconnu qui devient mconnu quand l'tat se pavane dans la rue, clbrant ses gloires chimriques. Le Montmartre travesti en muse. Le vieux Louvre qui se fait des ides. La Seine morte asphyxie et gaze. Les bordels, les maquereaux, les putains, les taureaux, les feux rouges, barbels et barreaux, les Drag Queen et les skins, les besogneux et les gueux. Les passants qui ne font que passer. Les femelles amaigries qui ne veulent pas vieillir. Les vieillards en chaleur. Les matchos en couleurs. L'avenir qui s'attarde venir. Les trottoirs qui ne mnent nulle part. Les trottoirs qui se vident dans les gares, dans des lits bien froids, dans des bras troits, dans les verres, dans les bars, dans un vide sournois, dans une vie de hasard.
Les trottoirs de Paris, Paris-mme qui consomme ses trottoirs, Paris-mme qui consomme du Paris. Des trottoirs qui se vident, ils se vident dans le soir, ils se vident dans le noir. Paris mme qui se vide, il se vide de Paris, il se vide du pass, il se vide mme du vide. Il s'coule dans la vie, il s'croule, il se roule, il s'enroule, il se moule. Il se fait des buildings, des bureaux, des arrts, des parkings, des cafs, des "caftes", des bowlings... quelques voies pour deux roues, quelques roues pour les voies, quelques guides, quelquefois... quelques larmes, quelques tics... quelques rides. Il s'vide, il btonne. Il s'arrache, il se cache, il se crashe, il se mche. Il consomme, il consomme, il consomme... il se mord les atomes.
Les trottoirs de Paris... trop serrs... troits, pour Paris.

    / 16 - 20:32